Via    francetvinfo

Françoise Sagan naît en 1935 dans une famille d’industriels aisés et grandit aux côtés de son frère et sa sœur aînés. « J’ai commencé à bégayer, beaucoup plus que maintenant, horriblement, vers 3, 4 ans. Personne ne me comprenait, ni chez moi, ni à l’école et je crois que j’ai dû me mettre à écrire pour pouvoir communiquer« , déclarait-elle en 1984.

Sa scolarité est marquée par plusieurs renvois. Mais après son baccalauréat, elle entre à la Sorbonne et découvre les clubs de jazz de Saint-Germain-des-Prés avec son frère. C’est au cours de cette année de faculté qu’elle commence à écrire « Bonjour tristesse », son premier roman qui sera publié en 1954. Dans le livre, la liberté de Cécile, le personnage principal de l’intrigue, fait scandale. Son père ne voulant pas voir son nom apparaître sur une couverture de livre, elle choisit donc le pseudonyme de Sagan.

En 1957, elle est victime d’un grave accident de voiture. Les médecins lui prescrivent un dérivé de morphine, auquel elle devient accro. Une addiction qui va la conduire en cure de désintoxication. Malgré cette cure, elle devient dépendante aux médicaments, à l’alcool et la drogue, notamment à l’opium. À 23 ans, elle gagne 8 millions d’anciens francs au casino et s’achète un manoir près d’Honfleur. 

En 1960, elle fait partie des signataires du « Manifeste des 121 » qui prône la désobéissance militaire et l’indépendance de l’Algérie. À 36 ans, elle signe le « Manifeste des 343 salopes » pour le droit à l’avortement. En 1976, elle rencontre la styliste Peggy Roche. Elles vivront ensemble jusqu’à la mort de Peggy Roche, en 1991. 

Françoise Sagan décède le 24 septembre 2004 d’une embolie pulmonaire. Elle avait 69 ans.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire