Via    Le point

Il y a un an, le 19 novembre 2018, la vie de l’ex-PDG de Renault et de Nissan Carlos Ghosn basculait, provoquant une onde de choc pour l’alliance des deux constructeurs qu’il avait créée de toutes pièces. Assigné à résidence à Tokyo au Japon, l’ex-cost killer du Losange dénonce toujours un complot des dirigeants de Nissan. Il les accuse d’avoir voulu contrecarrer ses projets de fusion et fourbit ses armes en compagnie de ses avocats. Son procès pour malversations financières pourrait avoir lieu en avril 2020.

Lire aussi Affaire Ghosn, un an après : comment l’ex-PDG de Renault prépare sa riposte

Il peut notamment compter sur le soutien indéfectible de son épouse Carole, qui n’hésite pas à s’attaquer à l’Élysée, jugé par certains très passif alors que l’ex-président Nicolas Sarkozy a, lui, rendu visite à l’ancien mentor de Renault. S’ils n’ont pas pu fêter ensemble leur troisième anniversaire de mariage, Carlos et Carole Ghosn ont enfin pu se parler par visioconférence durant une heure le 22 novembre 2019. Une première en huit mois. L’Américain Greg Kelly, « cerveau » présumé de l’affaire Ghosn, est lui aussi assigné à résidence, dans l’attente d’être jugé.

Lire aussi Affaire Ghosn, un an après : Carole Ghosn, la combattante

De nouveaux hommes aux manettes

De leur côté, Renault et son partenaire japonais Nissan ont tenté de tourner la page et ont renouvelé leur management afin de reconstruire leur alliance. Hari Nada, le juriste de Nissan qui avait organisé en secret avec les procureurs japonais la chute de Carlos Ghosn, a été rétrogradé en septembre de son poste de senior vice-président du japonais. Quant à Hiroto Saikawa, surnommé « Brutus » après sa conférence de presse assassine à l’encontre de son ancien mentor, il n’est plus le patron de Nissan après qu’un audit eut révélé qu’il avait touché des bonus irréguliers contraires aux règles internes de l’entreprise.

Lire aussi Un an après, Renault a-t-il vraiment tourné la page Carlos Ghosn ?

Renault et son nouveau président, Jean-Dominique Sénard, se sont également brutalement séparés du directeur opérationnel Thierry Bolloré, ex-numéro deux de Carlos Ghosn. Le Losange est à la recherche d’un nouveau patron opérationnel. Le temps presse : tant Renault que Nissan accusent une forte chute de leur rentabilité et ils doivent rapidement renforcer leur position sur le marché de l’électrique qui s’apprête à décoller…

Lire aussi Affaire Ghosn, un an après : Thierry Bolloré, la victime sacrificielle

Lire les autres épisodes de notre dossier sur l’affaire Ghosn, un an après :

Hiroto Saikawa, tel est pris qui croyait prendre

Greg Kelly, l’homme de paroles

Hari Nada, le tombeur tombé

Nicolas Sarkozy, l’ennemi repenti

Emmanuel Macron, le grand lâchage

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire