Via    francetvinfo

« C’est un bel accord, c’est un bon accord, c’est l’acte de naissance d’une nouvelle Europe », se félicite mardi 21 juillet sur franceinfo le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, après l’accord trouvé par les 27 pays de l’Union européenne sur un plan pour de relance de l’économie qui prévoit un fonds de 750 milliards d’euros, après la crise provoquée par l’épidémie de coronavirus. Un sommet de « négociation marathon, épuisante », a-t-il ajouté.

>> RECIT. Plan de relance de l’Union européenne : comment les Vingt-Sept ont arraché un accord à Bruxelles, après cinq jours de lutte acharnée

Le ministre de l’Economie a salué « un jour historique », car « pour la première fois de son histoire, l’Europe accepte de lever de la dette en commun », « pour donner de l’argent aux Etats membres afin qu’ils puissent reconstruire, relancer leur économie ».

« C’est l’acte de naissance de cette Europe nouvelle, qui sera plus solidaire, plus verte, plus franco-allemande », poursuit Bruno Le Maire, qui souligne que « 30% des dépenses doivent être pour la transition écologique », et que « sans le couple franco-allemand, il n’y aurait pas eu d’accord ce matin », à l’issue de ces « négociations marathon ». « Cet accord doit tout ou presque à la volonté de la France et de l’Allemagne, à la volonté du président de la République et de la chancelière allemande« , a insisté le ministre.

Concernant les différends avec les pays dits frugaux (Pays-Bas, Autriche, Danemark et Suède) sur le fait d’avoir plus de prêts et moins de subventions, Bruno Le Maire a déclaré ne faire « aucun reproche à ces quatre Etats« . « Ce serait très malvenu« , alors qu' »ils ont fait une concession majeure » sur la dette commune. 

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire