Via    francetvinfo

L’ambassade n’a pas donné de précisions sur le lieu exact ou les circonstances de ces meurtres, dans un pays en pleine crise politique et sociale. Le couple, originaire d’Ardèche, venait d’arriver en Haïti pour y rencontrer leur enfant.

« Un couple de Français » a été tué par balles, dimanche 24 novembre à Port-au-Prince, a indiqué à l’AFP une responsable de l’ambassade de France en Haïti. Ils étaient arrivés récemment dans la capitale du pays. L’ambassade n’a pas donné de précisions sur le lieu exact ou les circonstances de ces meurtres, dans un pays en pleine crise politique et sociale. Elle n’a pas non plus indiqué les motivations derrière ces assassinats.

Selon Le Parisien, le couple se rendait à Haïti pour y rencontrer l’enfant qu’il souhaitait adopter. Une information confirmée à franceinfo par l’agence française de l’adoption. « Nous avons accompagné cette famille depuis plus de trois ans », nous dit-on, en refusant de s’étendre sur les circonstances du drame. Selon nos informations, ils avaient reçu leur agrément en 2018 et étaient originaires de Saint-Martin-d’Ardèche (Ardèche). Ils étaient en Haïti pour voir l’enfant, mais il n’était pas prévu qu’ils repartent en France avec lui.

La femme, âgée de 41 ans et son mari, âgé de 44 ans, n’avaient pas d’enfants. Le drame s’est produit alors qu’« ils arrivaient tout juste de l’aéroport » et se rendaient dans leur auberge, selon l’agence française de l’adoption. Ils n’avaient pas encore rencontré leur enfant. 

Haïti est en proie à une grave crise avec des manifestations à répétition, souvent émaillées de violences, depuis le mois d’août. Les protestataires réclament la démission du président, Jovenel Moïse. Selon l’ONU, au moins 42 personnes sont mortes depuis mi-septembre dans ces manifestations organisées dans les principales villes du pays.

Le ministère français des Affaires étrangères recommande sur son site internet « de reporter tout voyage jusqu’à nouvel ordre » en Haïti, rappelant que « l’ensemble du territoire haïtien est déconseillé sauf raison impérative ». « Les manifestations, accompagnées de barrages sur les principaux axes routiers et d’actes violents (jets de pierres, tirs…) sont très fréquentes. Des groupes violents sont actifs et entretiennent un climat d’insécurité », écrit la diplomatie française dans une publication datée du 24 octobre 2019.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire