Via    francetvinfo

Quand la situation est grave, le réflexe est de composer le 18 : incendie, accidents ou malaises, les pompiers sont disponibles pour vous secourir. Mais parfois, voilà le type d’appels qu’ils reçoivent. « Vous allez me prendre pour une folle. Dans mon salon, j’ai aperçu une araignée grosse comme le pouce d’un homme« , explique une femme.

Bien souvent, cela n’a rien à voir avec des situations d’urgence. Un florilège de demandes farfelues ou inadaptées que subissent les opérateurs au quotidien. En composant les numéros d’urgence dans la capitale, c’est un pompier du centre opérationnel qui décroche. Le centre traite plus d’un million d’appels par an. La moitié d’entre eux ne nécessitent pas d’intervention. Dans quels cas l’appel aux pompiers est-il justifié ? « Seulement dans les situations d’urgence ou de détresse lorsqu’une personne est menacée ou en péril« , explique la journaliste Anne-Charlotte Hinet, présente sur le plateau du 13 Heures jeudi 23 juillet.

Le JT

Les autres sujets du JT

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire