Via    BBC

Un pot de Nutella

Copyright de l’image
Getty Images

Près des trois quarts des noisettes du monde proviennent de Turquie et le plus gros acheteur est Ferrero, fabricant du Nutella, la pâte à tartiner au chocolat et aux noisettes.

Mais celles-ci sont principalement cueillies par les migrants, y compris les enfants, qui travaillent de longues heures pour un salaire très bas. Que fait Ferrero pour s’assurer que ses produits ne dépendent pas du travail des enfants ?

Lire aussi :

Burkina: la micro-agriculture pour l’autonomisation des femmes

Les chenilles légionnaires font perdre au sahel 6 milliards de FCFA

Un travail dur

« Quand nous disons – noisette – , à mon sens, cela signifie la misère : un travail dur, être un travailleur « , dit Mehmet Kelekci alors qu’il transporte un sac de 35 kg de noix fraîchement cueillies sur son dos.

Autour de lui, au sommet d’une montagne turque, une famille de travailleurs migrants kurdes se déplace lentement parmi les noisetiers. Le père secoue les branches au-dessus de sa tête à l’aide d’un bâton de bois ; sa femme et ses enfants se penchent deux fois ou s’accroupissent pour ramasser les grappes de noix dans leur coque vert pâle qui tombent au sol.

Copyright de l’image
Reyan Tuvi

Image caption

Mehmet Kelekci, et un sac de 35 kg

C’est un travail épuisant. Ces personnes sont à l’œuvre environ 10 heures par jour sur des pentes si raides qu’il est facile de perdre pied.

Et deux des cueilleurs, Mustafa et Mohammed, travaillent illégalement. Ils n’ont que 12 et 10 ans, bien en dessous de l’âge minimum pour travailler en Turquie.

Il s’agit d’une scène typique du mois d’août, lorsque la récolte commence le long de la côte turque de la mer Noire, d’où proviennent 70% de l’approvisionnement mondial en noisettes.

Copyright de l’image
Reyan Tuvi

Un travail sous-payé

La plupart des cueilleurs sont des migrants saisonniers originaires des régions pauvres du sud et de l’est de la Turquie, principalement des Kurdes.

Le salaire officiel fixé par les autorités locales est de 95 lires (9.800 FCFA) par jour. Calculé sur une base horaire, c’est moins que le salaire minimum net officiel turc de 2.020 lires (210.600 FCFA) par mois pour une semaine de 40 ou 45 heures.

Mais cette famille recevra encore moins – un maximum de 65 lires (6.800FCFA) par jour chacun, et peut-être aussi peu que 50 (5.200) – après avoir payé une commission de 10 % à l’entrepreneur en main-d’œuvre qui les amène, ainsi que le prix du billet aller-retour à Sanliurfa, leur ville natale et leurs frais de subsistance pendant leur absence.


Lire aussi :

Agriculture : la pomme de terre, rempart contre la guerre

Des satellites protègent l’agriculture africaine


Des parents qui veulent faire travailler des enfants

Kazim Yaman, copropriétaire du verger, se dit opposé au travail des enfants.

Selon lui, ils font travailler leurs enfants comme des machines. Ils pensent aux bénéfices qu’ils seront à mesure de faire, selon le nombre d’enfants qu’ils font travailler « .

Mais il dit que la plupart des autres agriculteurs l’acceptent – et qu’il n’a pas d’autre choix que de payer les enfants, car leurs parents insistent pour qu’ils travaillent.

« J’essaie de ne pas les utiliser, mais ils disent qu’ils partent », dit-il.

« La mère et le père veulent qu’ils travaillent et qu’ils soient payés « , dit-il en ajoutant : « Cette chaîne doit être brisée. »

Copyright de l’image
Reyan Tuvi

Image caption

Kazim Yaman, cultivateur de noisettes

Ferrero, l’un des plus grands clients de la Turquie

Mais comment cela se passe-t-il ? La Turquie compte environ 400.000 vergers familiaux de noisetiers. La plupart, comme celle de Kazim, sont minuscules, quelques hectares. Beaucoup de producteurs, comme lui, ne savent pas où finissent leurs noix.

Au bout de la chaîne d’approvisionnement souvent complexe se trouvent des marques de confiserie turques et internationales bien connues, dont Ferrero, l’entreprise familiale italienne qui fabrique les chocolats Nutella, Ferrero Rocher et Kinder.

Ferrero achète environ un tiers de toute la récolte turque. Il le faut bien. La quantité de Nutella qu’il fabrique chaque année pèse le même poids que l’Empire State Building, soit environ 365.000 tonnes.

Sur son site Internet, Ferrero, qui ne cultive ni ne commercialise elle-même des noix, déclare : « la traçabilité est essentielle pour garantir les normes de qualité de la production et des produits ».

L’objectif de l’entreprise est de rendre ses noisettes 100% traçables d’ici 2020. Cependant, selon son dernier rapport, qui doit être publié prochainement, il n’a atteint actuellement que 39% de traçabilité.

Lire aussi :

D’infirmière à fermière: l’improbable réussite d’une Zambienne

Le Japon va aider l’Afrique à doubler sa production de riz

Si vous suivez la chaîne d’achat, elle vous montre clairement jusqu’où il reste à aller.

Enginay Akcay, basée à Ordu, une ville de la mer Noire dépendante des noisettes, est l’un des milliers de petits négociants indépendants de noix, appelés manavs.

Les agriculteurs livrent leurs produits dans des sacs et il les paie en fonction de la qualité – le rapport du poids des coques aux grains – avant de les vendre aux usines de craquage ou directement aux exportateurs, dont Ferrero.

Copyright de l’image
Reyan Tuvi

Image caption

Enginay Akcay calcule le ratio coquille/noyau

Mais il dit que Ferrero ne lui demande pas de quels agriculteurs en particulier proviennent les noix, ni quelles sont les conditions de travail dans ces fermes.

« Cela n’a rien à voir avec nous, le travail des enfants. Le contrôle et la surveillance reviennent à l’Etat et aux forces de sécurité », affirme-t-il.

Viennent ensuite des courtiers comme Osman Cakmak. Il achète auprès de commerçants et vend à Ferrero et à d’autres exportateurs et fabricants.

Il dit aussi que Ferrero ne lui demande pas quels agriculteurs individuels ont cultivé les noix qu’il vend.

« J’achète, je vends. Pour l’instant, il est impossible de surveiller les tonnes de noisettes « , dit-il.

Quant à Ferrero, ajoute-t-il : « S’ils n’ont pas leurs propres projets de valeur agricole, il n’est pas possible de savoir de quel producteur ils viennent. »

Copyright de l’image
Reyan Tuvi

Le programme phare de Ferrero, Farming Values (Valeurs agricoles), lancé en Turquie en 2012, offre une formation gratuite aux producteurs de noisettes sur des techniques de culture plus efficaces, afin de les aider à augmenter leurs revenus, tout en restant libres de vendre leurs noix à qui ils veulent.

A regarder :

Media playback is unsupported on your device

La technologie au service de l’agriculture en Côte d’Ivoire

Dans l’une des fermes modèles développées par Ferrero, Gokhan Arikoglu, agronome de l’entreprise, montre comment – avec une meilleure taille, une meilleure irrigation et une meilleure lutte contre les ravageurs – un noisetier peut produire des grappes allant jusqu’à 21 noix. Dans les exploitations agricoles gérées traditionnellement, quatre dans une grappe est plus typique.

Copyright de l’image
Reyan Tuvi

Image caption

Gokhan Arikoglu avec une grappe de 10 noisettes

Travaillant en partie avec des ONG et d’autres agences, Ferrero forme également des cultivateurs, des ouvriers agricoles, des entrepreneurs, des commerçants, des courtiers et d’autres membres de la communauté, tels que les chefs de village, pour qu’ils sachent comment le secteur peut être rendu plus durable. Cela inclut une formation sur les droits des travailleurs, en particulier sur la prévention du travail des enfants. L’entreprise s’efforce d’impliquer les femmes, y compris les agricultrices, dans ses programmes de formation.

M. Ferrero indique que le programme a atteint à ce jour plus de 42 000 agriculteurs. C’est à peu près un dixième des 400 000 habitants de la Turquie.

Comment l’entreprise peut-elle être sûre que ses noisettes ne sont pas cueillies par des enfants ?

Copyright de l’image
Getty Images

Image caption

Le Nutella est composé de 13% de noisettes – il contient également du sucre, de l’huile de palme et du cacao.

Dans une rare interview accordée par l’un des dirigeants de l’entreprise, Bamsi Akin, directeur général de Ferrero Hazelnut Company en Turquie, déclare : « Si nous identifions un produit qui est fabriqué avec des pratiques contraires à l’éthique, nous ne le toucherons pas. Nous faisons notre rôle pour améliorer les pratiques sociales avec des formations… Mais le système est-il complètement propre ? Je pense que personne ne peut dire ça pour l’instant. »

A écouter :

Media playback is unsupported on your device

De jeunes agronomes ivoiriens se lancent dans l’« agriculture intelligente »

Interrogé au sujet du négociant et du courtier qui a dit à la BBC que Ferrero ne leur posait pas de questions sur la source exacte des noix, Akin dit : « Nous ne posons pas de questions, mais nous avons les outils pour surveiller d’une perspective différente… Avant le début de la saison, nous leur avons parlé [aux négociants], et nous avons démontré nos exigences sociales et pratiques ».

Il dit que Ferrero a les noms des intermédiaires auprès desquels elle achète et peut fournir une liste, « en dehors du secret commercial ». Mais il ajoute : « Je ne peux pas garantir les noms complets des fermiers. »

Quant à savoir si les allégations de traçabilité sur le site Web de l’entreprise sont honnêtes, il dit : « Ferrero est toujours honnête vis à vis du consommateur.

Copyright de l’image
Reyan Tuvi

Sur le bord de la route, sous son verger surplombant la mer Noire, le fermier Kazim Yaman regarde Mustafa, 12 ans, vider un autre sac lourd de noix.

Il dit avec regret : « L’autre jour, j’ai vu le père mettre un sac, un sac très lourd, sur les épaules de l’enfant. J’ai dit : « Qu’est-ce que tu fais ? Et il a dit : « Qu’il s’y habitue. »

Yaman dit que Ferrero l’a invité à participer à son programme de valeurs agricoles, mais il a refusé. Comme beaucoup d’autres producteurs, il appartient à une génération plus âgée – il a la soixantaine – qui se méfie du changement.

Il dit : « La chaîne ne peut pas être brisée avec les efforts d’une ou deux personnes, mais avec le temps peut-être, elle sera brisée, cette chaîne. »

Pendant ce temps, une autre famille de cueilleurs kurdes emménage dans la petite cabane en bois sans électricité qui abritera six personnes – la mère, le fils adulte, deux filles adultes et deux jeunes enfants – pour le mois prochain.

Je demande à la mère, Ayse, combien de fois elle mange du chocolat aux noisettes.

« Personnellement, je n’aime pas ça », répond-elle en riant. « La souffrance et la misère que j’ai avec ce produit, je ne veux pas le voir. »

A écouter :

Media playback is unsupported on your device

Fatimé Souckar Térab: « L’utilisation d’intrants en Afrique est le plus faible au monde »

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire