Via    BBC

Selon le ministre des Affaires étrangères, Sibusiso Moyo, le retour du dollar zimbabwéen a permis de stabiliser l'économie du pays.

Copyright de l’image
Getty Images

Image caption

Selon le ministre des Affaires étrangères, Sibusiso Moyo, le retour du dollar zimbabwéen a permis de stabiliser l’économie du pays.

Le Zimbabwe n’avait plus sa propre monnaie depuis que celle-ci a été ruinée par l’hyperinflation, il y a 10 ans.

Le pays avait fait recours au dollar américain, auquel était rattaché son système monétaire.

L’économie n’est plus dans la spirale inflationniste, mais le pays subit encore les graves pénuries de nourriture, de médicaments et de carburant.

Le mois dernier, les autorités zimbabwéennes ont réintroduit le dollar zimbabwéen, qui devient la seule monnaie légale du pays.

Lire aussi :

Le Zimbabwe veut vendre ses réserves d’ivoire

La crise économique plombe l’ambiance de noël au Zimbabwe

Craintes d’un retour à l’hyperinflation

Selon le ministre des Affaires étrangères, Sibusiso Moyo, cette mesure a permis de stabiliser l’économie.

Ses propos sont-ils exacts ?

Reality Check, le service de fact-checking de la BBC, a examiné les principaux indicateurs économiques du pays avant et après la remise en circulation du dollar zimbabwéen.

On craint – et c’est compréhensible – que le retour du dollar zimbabwéen n’entraîne un retour à l’hyperinflation chaotique, qui a détruit l’épargne et rendu les salaires insignifiants.

Lire aussi :

La production de tabac tire la croissance économique au Zimbabwe

Zimbabwe : la chasse aux millions

Les chiffres les plus récents donnent à penser que l’inflation a fortement augmenté au cours de l’année écoulée.

En mai, elle était de 98%. Et en juin, l’inflation annuelle était de 176%.

Ce chiffre est loin d’atteindre les niveaux d’inflation en spirale d’il y a dix ans.

Mais la tendance n’a pas été encourageante.

L’introduction de la nouvelle monnaie arrive donc à un moment délicat pour l’économie zimbabwéenne.

Image caption

Ce graphique montre l’évolution de l’inflation au Zimbabwe, de juin 2018 à juin 2019.

Le débat porte également sur la question de savoir si le chiffre officiel reflète avec précision l’augmentation des marchandises dans les magasins et les stations-service, par exemple.

D’éminents économistes affirment qu’il est probable que le coût de la vie soit plus élevé que ne l’indiquent les chiffres officiels.

Le graphique ci-dessous montre l’évolution des taux d’échange entre le dollar zimbabwéen et le dollar américain.

Zimbabwe’s exchange rate with US dollar

La nouvelle monnaie a perdu de sa valeur par rapport au dollar américain, depuis son introduction, le 24 juin.

Cela profite aux exportations agricoles du Zimbabwe, et à la filière tabac surtout.

Mais tout effet positif sera probablement compensé par des importations plus coûteuses, ce qui entraînera de nouvelles pressions inflationnistes sur l’économie.

Le graphique ci-dessous montre l’évolution du déficit commercial du Zimbabwe.

Zimbabwe’s trade deficit (2017)

US$

La faiblesse de la monnaie devrait avoir un impact sur l’ensemble de l’économie, car les importateurs ont du mal à accéder à des devises étrangères comme le dollar américain pour acheter des marchandises à l’étranger.

À plus long terme, le gouvernement a réduit ses dépenses depuis octobre dernier et affiche maintenant un excédent budgétaire, ce qui, selon lui, indique une amélioration de l’économie.

Certains économistes sont sceptiques face à ces chiffres.

Copyright de l’image
Getty Images

Image caption

A Harare, la capitale du Zimbabwe, les prix des marchandises ont augmenté.

Baisse du niveau des salaires

Au Zimbabwe, les travailleurs du secteur public sont payés en monnaie locale.

On craint que les travailleurs gagnent désormais moins à cause de l’inflation et la perte de valeur de la monnaie locale par rapport au dollar américain.

Le principal syndicat des travailleurs du secteur public du pays, l’Apex Council, déclare que les revenus ont chuté « d’au moins 475 dollars à seulement 47 dollars actuellement pour le fonctionnaire le moins bien payé », depuis octobre dernier.

Lire aussi :

L’Afrique Australe veut la levée de l’interdiction de la vente de l’ivoire

Zimbabwe : l’Etat restitue les fermes aux blancs

La semaine dernière, Cecilia Alexander, présidente de l’Apex Council, a dit qu’à cause des plans d’austérité du gouvernement, les travailleurs restent dans la pauvreté.

Les syndicats ont toutefois convenu d’un paiement unique de 400 dollars zimbabwéens (45 dollars US) pour chaque travailleur en juillet.

Les négociations sur les salaires se poursuivent.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire