Via    Le Monde

Emmanuel Macron lors d’une réunion virtuelle avec les dirigeants européens pour discuter du fonds de relance de l’UE, à Paris, le 19 juin.

Le SARS-CoV-2 est un « violent orage », dont les éclairs « jettent un jour nouveau sur un paysage connu, qu’il laissera dévasté en se retirant ». C’est ainsi que commence le rapport publié par l’Institut Montaigne, sous la plume de son conseiller spécial, Michel Duclos, intitulé « Un virus clarificateur, l’impact du Covid-19 sur la politique étrangère de la France ». Ancien ambassadeur en Syrie et en Suisse, ce diplomate très respecté est l’auteur de La Longue nuit syrienne (éd. L’Observatoire, 2019). Dans son rapport, il passe en revue les premières leçons géopolitiques de la pandémie, puis il examine les « marges de manœuvre de la France », confrontée à une comparaison guère flatteuse avec l’Allemagne en ce qui concerne la résistance économique à la crise. Le conseiller spécial de l’Institut Montaigne invite Paris à un « élargissement du compas de son action extérieure », en se tournant en particulier vers l’Asie, tout en veillant à l’unité des Européens.

Etes-vous rassuré quant à la vitalité du projet européen, confronté à l’épreuve du Covid-19, alors qu’un plan majeur de relance est discuté ?

Dans l’océan de conséquences potentiellement dramatiques de la pandémie, l’une des rares bonnes nouvelles est le possible sursaut européen. Derrière le plan de relance [de 750 milliards d’euros proposé par la Commission, après une initiative franco-allemande] se dessine non pas une refondation de l’Europe, mais, pour la première fois depuis des années, la cristallisation d’une identité européenne. On parlait avant cela de l’Europe en termes de projets et de budgets qui ne signifiaient pas grand-chose pour les opinions publiques. Mais sauver les économies de nos pays est immédiatement compréhensible pour tous.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment la pandémie de Covid-19 a fait bouger les lignes en Europe

Pour les gouvernements, le marché commun constitue le vrai ciment de l’Union européenne (UE). Pour les citoyens, c’est la reconstruction post-Covid, avec une Europe solidaire. La France doit se focaliser sur ces deux points, en subordonnant nos politiques à la nécessité de rassembler les Européens. Des aspects préoccupants demeurent, notamment dans les pays du Sud soumis à une pression populiste, comme l’Italie, qui connaîtront des problèmes socio-économiques graves dans les années à venir. Le risque d’une crise des dettes souveraines n’est pas non plus écarté. Mais, pour la première fois, une ligne claire se dessine, celle d’une sortie politique du malaise européen par une réponse efficace à la crise.

Comment expliquer l’évolution spectaculaire de l’Allemagne sur la question du plan de relance, par rapport aux positions très dures assumées pendant la crise grecque ?

Il vous reste 71.77% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire