Via    francetvinfo

Un supermarché virtuel en Australie.
Un supermarché virtuel en Australie. (MARIANNA MASSEY / GETTY IMAGES ASIAPAC)

Quand on entrera dans le magasin du futur, une caméra nous identifiera à l’entrée et un système d’intelligence artificielle saura immédiatement si l’on est un homme ou une femme, quel âge on a, si on a l’air content ou mécontent, si l’on est déjà venu, etc. Si on est un voleur connu, on se verra automatiquement refuser l’accès.

Des robots à reconnaissance vocale ou des chatbots sur smartphone seront là pour nous renseigner et nous aider à trouver les articles (fini le classique : « Tout est là, madame » de la vendeuse pas aimable). Un fléchage en réalité augmenté nous indiquera exactement où se trouve ce qu’on cherche. Il y aura de la signalétique numérique qui affichera des promotions personnalisées.

Grâce à des balises détectant les téléphones mobiles, les comportements des acheteurs seront analysés en temps réel (seulement ceux qui y consentent, naturellement). On saura s’ils s’arrêtent devant un rayon en particulier, quels produits les intéressent le plus, etc. L’historique de ces informations permettra de mieux aménager les lieux de ventes pour les rendre plus attractifs.

Dans le magasin du futur, les clients ne viendront pas seulement pour effectuer des achats mais pour vivre des « expériences ». Par exemple, essayer toutes sortes de vêtements ou de maquillages dans des cabines virtuelles grâce à la réalité augmentée. Le magasin du futur sera étroitement connecté avec la version numérique de l’enseigne. Par exemple, on pourra commander un meuble et le faire livrer chez soi depuis un écran dans le magasin. La boutique sera surtout un showroom pour voir les produits. Ce mariage entre le physique et le « digital », c’est ce qu’on appelle le commerce « phygital ».

Dans le magasin du futur, il n’y aura plus de caisses ni de files d’attentes, bien entendu. On scannera soi-même les produits avec son smartphone ou bien on les mettra directement dans son sac et des caméras couplées à des capteurs se chargeront de faire le compte. On quittera la boutique comme si de rien n’était, le montant des achats sera débité automatiquement sur notre compte.

Éventuellement, on payera par reconnaissance faciale. Bien sûr, il n’y aura plus de tickets. Tous les achats seront enregistrés automatiquement dans notre portefeuille virtuel, ainsi que tous les bons de réduction.

Ces prédictions sont basées sur des innovations réelles ou envisagées.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire