Via    francetvinfo

Mairies et associations se mobilisent pour distribuer gratuitement des masques, avec ou sans conditions de ressources. Mais ces opérations, financées en majorité par l’État, pourraient ne pas durer.

« l’État n’a pas vocation à payer des masques pour tout le monde tout le temps », a annoncé Emmanuel Macron mardi 21 juillet sur TF1Le gouvernement, par la voix du ministre de la Santé, promet malgré tout deux millions de masques pour ceux qui sont bénéficiaires de la complémentaire santé solidarité. Le calendrier de la mise en place de cette mesure n’a pas encore été dévoilée. En attendant, où peut-on se procurer des masques sans rien dépenser ? Franceinfo a mené une enquête, non exhaustive.

Certaines mairies distribuent des masques à titre gracieux. A Paris, par exemple, il faut se rendre dans les mairies d’arrondissement. Ainsi, dans le 16e arrondissement, des lots de 10 masques jetables renouvelables tous les dix jours sont offerts aux personnes de plus de 65 ans ainsi qu’aux bénéficiaires du RSA.

En Seine-Saint-Denis, à Saint-Ouen-sur-Seine, les distribution ont lieu dans différents sites, en fonction des âges mais sans condition de ressource : « Si vous êtes un retraité, vous allez au centre ‘espace social’. Si vous êtes un jeune entre 18 et 30 ans, vous allez à l »espace rendez-vous public' », explique Karim Bouamnrane, le maire de la ville. Il suffit d’apporter une pièce d’identité et un justificatif de domicile.

Les plus démunis, peuvent aussi se tourner vers les associations. À Paris, les 12 accueil du jour d’Emmaüs Solidarité offrent des masques à toutes les personnes sans domicile fixe qui s’y présentent. Des distributions ont également lieu pendant les maraudes. Ces distributions sont en grande partie financées par les dotations des collectivités et de l’État. 

En île-de-France, la présidente de la région, Valérie Pécresse, a d’ores et déjà annoncé que les associations seraient à nouveau approvisionnées. Mais quand ? Bruno Morel, directeur général d’Emmaüs Solidarité est dans l’expectative : « On ne sait pas pour combien de temps on va être couverts pour assurer des besoins, ça veut dire qu’on est obligé de faire des stocks. Pour l’instant, j’y arrive.

Ma vraie question, c’est combien de temps nos stocks nous permettront-ils de tenir ?Bruno Morel, directeur d’Emmaüs Solidaritéà franceinfo

Même question pour le maire de Saint-Ouen. Il a réussi à obtenir 110 000 masques de la part de l’État et de la région mais avec une population de 50 000 habitants, l’élu sait que ses réserves de masques seront rapidement épuisées. 

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire