Via    Le monde

Lors d’une manifestation à l’appel de la famille de Daphne Caruana Galizia, la journaliste maltaise assassinée,  et de mouvements citoyens, à La Valette, le 3 décembre 2019.

A la barre, il a déjà témoigné maintes fois de ses pulsions suicidaires. Melvin Theuma, principal témoin de l’enquête sur le meurtre de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, survenu en octobre 2017, a été retrouvé, mardi 21 juillet, à demi-conscient, à son domicile. « Il s’est auto-infligé de multiples blessures avec un couteau » retrouvé dans sa main, a affirmé le chef de la police maltaise, alors que cet ancien chauffeur de taxi et organisateur de jeux illégaux a avoué, à la fin 2019, être l’intermédiaire qui a recruté les tueurs pour le compte de Yorgen Fenech, un puissant homme d’affaires, sur lequel investiguait Mme Caruana Galizia.

Emmené à l’hôpital, M. Theuma est dans un état critique. La police, qui protégeait son domicile depuis qu’il collabore à l’enquête, assure qu’il a eu le temps d’expliquer qu’il avait essayé de se suicider et écarte, pour l’instant, la piste de l’assassinat. Le rôle de M. Theuma est capital et particulièrement sensible dans une enquête qui remonte jusqu’au plus haut niveau de l’Etat maltais. En enregistrant secrètement ses conversations avec M. Fenech, puis en négociant avec la police une amnistie en échange de sa collaboration, M. Theuma a permis de réunir les preuves nécessaires à l’arrestation de l’homme d’affaires, en novembre 2019.

Puis, lors des différentes auditions devant les magistrats, il a ensuite témoigné d’éléments troublants concernant l’implication de l’entourage de l’ex-premier ministre Joseph Muscat, entre mars 2013 et janvier 2020, dans la protection du commanditaire présumé.

Même si M. Muscat n’est, pour l’heure, pas directement mis en cause par les enquêteurs, M. Theuma a notamment raconté comment l’ex-chef de cabinet, et ami proche, de celui-ci a informé en continu M. Fenech des avancées de l’enquête. M. Theuma avait aussi obtenu un emploi fictif dans un ministère. L’ex-leader travailliste a été poussé à la démission en janvier, après plusieurs semaines de manifestations organisées notamment par la famille de Mme Caruana Galizia.

Pressions multiples et opaques

La journaliste, qui tenait un blog très lu à Malte, a été tuée dans l’explosion de sa voiture, après avoir notamment multiplié les révélations sur la corruption de M. Muscat et de son entourage, des faits qui n’ont jamais vraiment fait l’objet d’investigations de la part de la police et de la justice locale. Depuis ses aveux, le repenti bénéficie d’une protection policière renforcée dans ce petit archipel de 490 000 habitants gangrené par la corruption, et où tout le monde se connaît. Psychologiquement fragile, faisant face à des pressions multiples et opaques, il avait témoigné à plusieurs reprises craindre pour sa vie depuis l’assassinat.

Il vous reste 19.85% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire