Via    liberation

Ce vendredi 13 septembre, date superstitieuse oblige, le Grand Hotel avait décidé d’organiser, entre ses larges murs victoriens en front de baie de Torquay, une «murder mystery night». Le cadre du Grand Hotel, construit en 1881 dans les rails du développement du chemin de fer dans le sud de l’Angleterre, se justifie sans peine. La reine anglaise du roman policier Agatha Christie (1), par ailleurs anoblie en 1971, y a passé sa lune de miel en 1914. Si une plaque le rappelle sobrement et si une suite porte son nom, rien de mieux pour se mettre dans l’ambiance qu’une veillée participative au fumet de meurtre ; un Cluedo frissonnant où les joueurs sont invités à recouper les indices et utiliser leurs petites cellules grises pour résoudre le mystère.

Greenway un fleuve en contrebas

En son temps, l’auteure, née en 1890 dans cette station balnéaire chic où elle passa sa jeunesse, avait imaginé pareil divertissement. Dans son roman Poirot joue le jeu (1958), Mrs Ariadne Oliver, également auteure de romans policiers, convie des amis à une «course à l’assassin» dans sa maison de campagne de Nasse House, à Nassecombe. Comme elle pressent que ce divertissement pourrait tourner au drame, elle demande à Hercule Poirot de se joindre à eux. Tout en renâclant, le détective belge prend le premier train… Mrs Oliver lui raconte alors le scénario prévu pour jouer le lendemain, dans l’abri à bateaux qui surplombe le fleuve traversant sa propriété. «C’est là-dedans que va se trouver le cadavre, annonça Mrs Oliver. Le cadavre de la Course à l’assassin, j’entends…»

Pour ce livre, Agatha Christie s’est directement inspirée de son domaine de Greenway, au bord de la rivière Dart, à 8 miles (13 km) au sud de Torquay, dans un estuaire par lequel on peut arriver en ferry de Dartmouth ou Dittisham. La bâtisse en pierre, lieu d’amarrage, possède, au premier, un salon cosy où des jumelles sur le rebord de la fenêtre incitent à l’observation d’une faune sauvage. La maîtresse des lieux avait spécialement fait fabriquer des chaises en métal pour l’endroit et venait contempler le trafic du fil de l’eau. Cette situation géographique s’est avérée stratégique : y ont été cantonnés des officiers de la garde côtière américaine en 1944 pour, dit-on, y préparer le D-Day.

Mais voilà que Mrs Oliver et Poirot remontent du débarcadère par un sentier en zigzag. «Le sentier déboucha sur un espace découvert. la superbe demeure se détachait, toute blanche sur le vert sombre des arbres qui l’entouraient.» Nasse House dans la fiction, Greenway dans ce magnifique coin du Devon. Agatha Christie avait acquis, avec son second mari, l’archéologue Max Mallowan, cette immense demeure victorienne à colonnades de 125 hectares, en 1938. Elle y a rapporté des meubles d’Ashfield, la maison de Torquay vendue après le décès de sa mère. Comme le piano à queue dont elle jouait seule, en chantonnant ; elle avait caressé dans sa jeunesse le désir de devenir chanteuse d’opéra. «Quand je rêve, disait-elle, il est très rare que ce soit de Greenway ou de Winterbrook [sa demeure à l’ouest de Londres, ndlr]. C’est toujours d’Ashfield, l’ancien décor où a débuté ma vie» (Une autobiographie, 1977).

Dans son œuvre, il y a des références à son Devon adoré et trois de ses romans sont même localisés à Greenway. Cinq Petits Cochons (1942), Témoin indésirable (1958) et surtout, donc, le fameux Poirot joue le jeu.

Burgh Island, qui inspira à Agatha Christie, Dix Petits Nègres, avec le Burgh Island Hotel, où elle séjourna dans les années 30.

Burgh Island. 

Burgh Island des rochers escarpés

A 80 kilomètres au sud, pas très loin de là mais après avoir sillonné des routes étroites où les véhicules ne peuvent se croiser entre les haies généreuses, se trouve un autre lieu du Devon qui a inspiré Agatha Christie pour Dix Petits Nègres (And Then There Were None en anglais, 1939) : Burgh Island. La marée basse permet de traverser à pied sec les 250 mètres qui séparent le continent de l’îlot de huit hectares. Ou de se poser sur une des deux plages qui l’encadrent, comme le font de nombreuses familles anglaises. A marée haute, un sea tractor, tracteur à plateforme surélevée, emmène les clients au pub Pilchard Inn ou au Burgh Island Hotel, un beau bâtiment Art déco où Agatha Christie a souvent séjourné dans les années 30. On y a aussi tourné un épisode de la série britannique, les Vacances d’Hercule Poirot, en 2002.

Burgh Island, entourée par endroits de rochers escarpés, a donné l’idée à la romancière de cette machiavélique histoire où dix protagonistes, coincés sur un bout de terre cerné par les eaux, succombent les uns après les autres. «Une île, peut-on lire dans Dix Petits Nègres, ça avait quelque chose de magique ; le mot seul frappait l’imagination. On perdait contact avec son univers quotidien – une île, c’était un monde en soi. Un monde dont on risquait parfois – qui sait ? – de ne jamais revenir.»

Greenway, a house overlooking the river Dart, which Christie acquired in 1938.Le domaine de Greenway, au bord de la rivière Dart, a été acheté par Agatha Christie et son ­second mari l’archéologue Max Mallowan.

Dartmoor «qui a tué ?»

Ce roman, comme les autres qui ont suivi, n’a pas été écrit dans la maison de campagne de Greenway. Les vacances étaient occupées par des pique-niques dans les superbes landes du Dartmoor, des parties de cricket et des bons repas que concoctait parfois Agatha, bonne cuisinière à ses heures et dont les mets préférés étaient la langouste et la glace au cassis. A un bureau du premier étage, elle corrigeait ses manuscrits et rédigeait ses courriers. Le soir, la famille et les amis se réunissaient devant la cheminée du salon aux tapis persans et aux vases de porcelaine pour écouter l’auteure lire à haute voix son roman en cours. Le jeu était de deviner «who dunnit ?» (qui a tué ?). Et c’était souvent Max, qui pourtant piquait un roupillon pendant la lecture, qui trouvait le nom du meurtrier.

Resté une maison familiale du temps de Rosalind Hicks, la fille unique de l’écrivaine morte le 12 janvier 1976, le domaine de Greenway, vieux de cinq siècles, a été confié en 2000 par son petit-fils au National Trust. La maison a ouvert au public en 2009 ; le jardin fabuleux, pleins de gros chênes, de hêtres bicentenaires, de conifères foncés, de magnolias, camélias, rhododendrons et autres azalées, se visite désormais, comme l’abri à bateaux au-dessus du Dart. Là même où a été retrouvée sur le sol, étranglée, la pauvre Marlene Tucker, 14 ans, qui ne devait jouer que le rôle de la fausse victime dans la course à l’assassin. Thanks god, Hercule Poirot était sur place pour démasquer le meurtrier.

(1) Auteure de 88 livres, 17 pièces et 100 nouvelles, Agatha Christie a vendu plus de 2 milliards de livres dans le monde, traduits en plus de 100 langues.

 Fish end ferry

Y aller

Par bateau par Plymouth ou par avion à Exeter, puis en voiture ou par le ferry qui remonte la rivière au départ de Dartmouth et Dittisham.

Y dormir

A Torquay, au Grand Hotel, Sea Front, Torbay Road.

A Burgh Island, au

Burgh Island Hotel.

Y manger et y boire

The Hole in the Wall, plus vieux pub de Torquay, qui date de 1540. 6, Park Lane, Torquay. Number 7, restaurant de poissons et bar à vin à l’étage. 7, Beacon Terrace, Torquay.


Frédérique Roussel Envoyée spéciale dans le Devon

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire