Via    francetvinfo

Les rues de Sydney, en Australie, commencent lentement à se vider face à l'épidémie de coronavirus
Les rues de Sydney, en Australie, commencent lentement à se vider face à l’épidémie de coronavirus (PETER PARKS / AFP)

L’île-continent du bout du monde se ferme. Les deux compagnies aériennes internationales ont cessé leurs vols depuis et vers l’étranger. Les Australiens sont invités à ne pas quitter le pays, ceux qui sont en voyage à rentrer le plus vite possible, et tout simplement, le pays est désormais fermé aux étrangers non-résidents !   Cette série de mesures et de décisions fait suite à l’augmentation du nombre de cas de coronavirus. Pour le moment, « seulement » 636 cas et six décès, mais les autorités s’attendent à ce que, comme partout dans le monde, ces chiffres progressent rapidement. L’Australie, certes extrêmement éloignée, plus de 20 heures d’avion depuis Paris pour se faire une idée, est aussi un pays qui accueille de nombreux migrants économiques, des étudiants, des chercheurs…. Ceux-là ont le choix de partir, mais maintenant.  

 Le Premier ministre, Scott Morrisson, se refuse pour le moment à contraindre le pays à vivre trop différemment. Il refuse de fermer les écoles, ou les universités, et n’incite pas au télétravail. Pas de confinement à ce stade. Pour lui, il faut envisager une crise majeure, mais sur six mois. Et un peu comme le Premier ministre britannique Boris Johnson il y a une semaine, il affirme que les experts ne recommandent pas de confinement.  

Presque ! Les championnats, matchs, tournois ont étés suspendus, mais, pour occuper les joueurs de rugby, les entraînements ont pu reprendre. Les équipes australiennes ont été autorisées, sans public, mais avec beaucoup d’images sur les réseaux sociaux, à s’entraîner tous les jours. La raison est simple : le tournoi n’a été suspendu qu’une semaine, pour le moment.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire