Via    huffingtonpost

INTERNATIONAL – Après Berlin, Paris réagit. La France “condamne les interpellations”, de manifestants d’opposition samedi à Moscou ainsi que “l’usage manifestement excessif de la force qui les a entourées”, a indiqué ce dimanche 4 août le ministère français des Affaires étrangères.

Dans un communiqué, un porte-parole du ministère indique que Paris “rappelle son attachement à la liberté d’expression dans toutes ses composantes, y compris celle de manifester pacifiquement et de participer à des élections libres et transparentes.”

Paris “appelle la Russie à libérer sans délai les personnes incarcérées ces derniers jours et à se conformer aux engagements auxquels elle a souscrit en tant que membre de l’OSCE et du Conseil de l’Europe”, ajoute le texte. “Ces sujets font partie intégrante de notre dialogue politique exigeant avec la Russie”.

Le ministère qualifie de “manifestations pacifiques” les manifestations qui se sont tenues samedi dans la capitale russe et dans d’autres villes du pays.

Peu avant dans l’après-midi, le gouvernement allemand avait condamné lui aussi dans un communiqué “les ingérences répétées dans le droit garanti aux rassemblement pacifiques et à la liberté d’expression”, qui “violent les obligations internationales de la Russie et remettent fortement en question le droit à des élections libres et équitables”.

Selon l’ONG russe OVD-Info, spécialisée dans le suivi des arrestations, et la police, 828 personnes ont été interpellées samedi dans la capitale russe lors de cette manifestation non autorisée, qui réclamait l’ouverture des élections locales du 8 septembre à Moscou aux candidats de l’opposition.

Ces arrestations font suite à une autre action de protestation réprimée le weekend précédent, qui s’est soldée par près de 1.400 arrestations.

Les autorités russes ont aussi accentué leur pression sur l’opposition en lançant une enquête pour “blanchiment” contre l’organisation de l’opposant Alexéi Navalny, le Fonds de lutte contre la corruption. Ce dernier purge actuellement une peine de 30 jours de prison.

La dernière opposante d’envergure encore en liberté, Lioubov Sobol, une avocate de 31 ans, a été interpellée samedi quelques minutes avant le début de la manifestation.

À voir également sur Le HuffPost:

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire