Via    La croix

« Il est bon de faire, dans sa jeunesse, l’expérience d’un échec retentissant. » La formule signée Walt Disney est conforme à la légende. Comme l’annonce Mathilde Wagman dès les prémices de la ’« Grande Traversée » qu’elle consacre au roi de l’animation, l’histoire de Walt Elias Disney (1901-1966) est une success story à l’américaine, celle d’un self made man qui a construit un empire en bravant l’adversité.

Décès de Russi Taylor, la voix américaine de Minnie Mouse

Les deux premiers épisodes racontent comment ce gamin d’origine modeste va se prendre de passion pour le dessin animé, alors balbutiant, et l’élever au rang d’art majeur. Au fil du récit, nourri par les visites dans les musées locaux et les témoignages, la productrice Mathilde Wagman donne les clés pour comprendre le parcours et l’œuvre de Disney, dès son enfance dans une ferme du Missouri, où il découvre l’amour des animaux et les valeurs simples de la ruralité qui irrigueront ses films.

Laboratoire d’expérimentation

Des premiers cartoons créés à Kansas City à l’âge d’or des studios de Burbank où se fabriquèrent des classiques (de Blanche Neige à Bambi), Walt Disney apparaît comme un entrepreneur visionnaire qui saura perfectionner les technologies et s’entourer des meilleurs artistes. Redoutable homme d’affaires, il utilise très tôt les bénéfices générés par les produits dérivés pour financer ses expérimentations. Un passionnant décryptage de ses premiers longs métrages dévoile aussi comment il puise son inspiration dans la littérature et les contes européens, qu’il américanise et parfois dénature.

Si cette « Grande Traversée » souligne les multiples apports de Disney à l’animation et à la bande dessinée (sujet du troisième épisode), elle met également en lumière quelques aspects moins reluisants du personnage comme son autoritarisme, son conservatisme ou son anti-communisme primaire. Explorant l’ensemble de ses facettes (y compris ses utopies urbanistiques, dans le quatrième épisode), Mathilde Wagman interroge avec intelligence la puissance du mythe et sa postérité.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire