Via  Lapress

Dans un discours marquant l’ouverture d’une nouvelle session parlementaire, le chef du gouvernement s’est par ailleurs engagé à porter les relations sino-japonaises à « un nouveau stade » et à consacrer un budget record à la rénovation des infrastructures nippones.

« Je vais agir résolument, en saisissant chaque occasion pour briser le carcan de la défiance mutuelle et ferai moi-même directement face au dirigeant Kim Jong-un pour résoudre la question nucléaire, celle du programme de missiles de la Corée du Nord ainsi que celle des enlèvements » de Japonais dans les années 1970-1980, a déclaré M. Abe.

Il n’a suggéré aucun calendrier pour une telle rencontre, mais ses propos interviennent au moment où Kim Jong un a ordonné la préparation d’un deuxième sommet avec le président américain Donald Trump, probablement pour la fin du mois prochain.

« Je vais me fixer comme objectif la normalisation des relations diplomatiques en mettant un terme au passé malheureux », a déclaré le chef du gouvernement en employant un euphémisme diplomatique utilisé par le Japon en référence aux exactions commises par le colonisateur japonais de la péninsule coréenne avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ce message conciliant contraste avec celui prononcé il y a exactement un an par M. Abe. Il s’était alors engagé à « forcer la Corée du Nord à changer ses politiques » et avait décrit les programmes nucléaire et de développement de missiles de Pyongyang de « menace grave et imminente sans précédent ».

M. Abe fait par ailleurs campagne depuis longtemps pour résoudre la question des enlèvements par des agents nord-coréens de ressortissants japonais pendant la Guerre froide.

Sur la Chine, il a affirmé que les liens étaient « totalement revenus à la normale » après sa rencontre avec le président Xi Jinping à Pékin l’an dernier. M. Xi devrait effectuer sa première visite officielle au Japon en 2019. « Je vais mener une activité diplomatique intense avec nos voisins afin de faire de l’Asie du Nord-Est un lieu de paix et de prospérité stable ».

Sur les questions intérieures, M. Abe s’est engagé à augmenter la taxe sur la consommation (équivalent de la TVA française) à 10 % en octobre contre 8 % actuellement.

Il a aussi promis des dépenses de 7000 milliards de yens (56 milliards d’euros) pour la rénovation de nombreuses routes et ponts vieillissants, dans un pays constamment soumis aux catastrophes naturelles telles que les inondations, typhons et tremblements de terre.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire