Via    francetvinfo

Elle a attendu l’âge de 90 ans pour publier ses mémoires. Vestiaire et dame pipi dans plusieurs boites parisiennes, Ginette Mone a côtoyé le show-biz et les paillettes dans les années 80. Elle raconte ses souvenirs dans un livre.

Elle a côtoyé le tout-Paris des années 80 : Ginette Mone, 90 ans, a travaillé durant neuf ans aux Bains douches, une boîte de nuit parisienne très branchée, mais aussi à l’Elysée Matignon.

Aujourd’hui retraitée près de Mirande (Gers), elle raconte ses souvenirs dans Solitude, je t’aime … mais tu m’emmerdes, publié aux éditions Sydney Laurent, après un premier livre, Poème au féminin.

Une incursion dans le monde de la nuit, commencée à l’Elysée Matignon. A l’époque, elle était vestiaire et « Madame pipi » : « C’était très chic », sourit-elle. Elle rencontrait des personnalités du show-biz ou de la politique, à qui elle distribuait des petits poèmes écrits à compte d’auteur.

« J’ai fait des rencontres magnifiques ! Je parlais même avec la fille Hermès, elle venait bavarder avec moi, et puis j’ai rencontré Roman Polanski, il a lu pas mal de choses que j’avais écrites et il a bien aimé », raconte-t-elle.

Il m’a dit ‘Ginette, ne vous occupez pas des autres écrivez, écrivez ! N’écoutez pas ce qu’on vous dit. Si on vous dit des méchancetés ça n’a pas d’importance’Ginette Moneà franceinfo

Dame pipi, un métier « pas reluisant comme ça », dit-elle. « Quand je faisais une nuit, je commençais à 20h30 et je travaillais jusqu’à 3 heures, voire 4 heures du matin ! », raconte la nonagénaire. Elle avoue même qu’elle gagnait « 900 francs » : « Il y avait du monde et des gens bien ».

Des souvenirs, Ginette en a des tas. Elle se souvient avoir côtoyé Catherine Deneuve « des vingtaines de fois », mais l’actrice ne la jamais regardée, « jamais dit bonjour, jamais rien du tout »

Pas toujours déclarée à l’Elysée Matignon, elle décide de partir aux Bains douches, où elle était la « Madame pipi » attitrée. « C’était défendu de rentrer à deux dans les toilettes, des fois j’ai dû sortir des hommes à bras le corps. Je n’avais pas peur, j’étais solide et je n’avais peur de rien », se souvient-elle.

Sa plus belle rencontre ? Jacqueline Maillan, « une femme extraordinaire ». L’actrice a incarné la comédie des années 50 et régné sur la scène du théâtre de boulevard. « Elle descendait toujours [la voir]. Elle n’avait pas de sac, elle n’avait rien du tout, et elle me disait ‘Je n’ai même pas d’argent’, mais elle était adorable et on discutait », sourit Ginette.

Là-bas, j’étais assez bien considérée. Il y avait une ambiance spéciale qu’il n’y avait pas ailleursGinette Moneà franceinfo

Hervé Villard, Julien Clerc, tout le monde venait l’embrasser, dit-elle : « Tout le monde me tutoyais ‘tu t’appelles Ginette ?’ ». Battante, Ginette choisit de se consacrer à sa passion pour l’écriture. Une passion qui la mène aujourd’hui à publier ses souvenirs d’une vie pas toujours drôle mais pleine d’anecdotes.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire