Via    La croix

Le président Donald Trump s’est exprimé lundi 5 août lors d’une allocution à la nation depuis la Maison-Blanche, où les drapeaux ont été mis en berne, suite à deux fusillades ayant fait 29 victimes, samedi 3 et dimanche 4 août aux États-Unis.

« Crimes contre l’humanité »

Le président Donald Trump a qualifié lundi 5 août de « crimes contre l’humanité » les fusillades qui ont endeuillé les États-Unis le week-end précédent, en estimant que le pays se devait de condamner l’idéologie du suprémacisme blanc, suspectée d’être à l’œuvre dans l’un des deux drames.

« Nous devons arrêter l’idéalisation de la violence dans notre société », a-t-il déclaré, estimant qu’il était « trop facile aujourd’hui pour les jeunes en difficulté de s’entourer d’une culture célébrant la violence », notamment à travers des jeux vidéo, selon lui « atroces et sinistres ».

États-Unis : après les tueries, Donald Trump face aux critiques des démocrates

« Notre nation doit condamner d’une seule voix le racisme, le sectarisme, et le suprémacisme blanc », a déclaré Donald Trump, qui appelle à l’exécution « rapide » des auteurs de fusillades.

« J’ordonne également au ministère de la justice de proposer une loi garantissant que ceux qui commettent des crimes motivés par la haine et des tueries de masse soient passibles de la peine de mort et que cette peine capitale soit appliquée rapidement, avec détermination et sans des années de délai inutile », a-t-il déclaré.

Deux fusillades tragiques

Samedi matin à El Paso, ville texane à majorité hispanique à la frontière mexicaine, un homme blanc de 21 ans équipé d’un fusil d’assaut a ouvert le feu dans un centre commercial bondé, faisant 20 morts et 26 blessés, avant de se rendre. La police examine la piste du racisme, le tireur étant suspecté d’épouser des thèses extrémistes.

À El Paso, la communauté hispanique du Texas prise pour cible

Treize heures plus tard, à Dayton (Ohio, nord-est), un homme blanc de 24 ans a abattu neuf personnes et fait 27 blessés, avant d’être tué par des policiers. Selon la police « pour l’instant, rien n’indique un mobile raciste » dans la tuerie de l’Ohio.

Dans plusieurs tweets, Donald Trump a appelé lundi matin à une meilleure vérification des antécédents des personnes souhaitant acheter des armes à feu, mais également à coupler cette mesure à « une réforme migratoire urgemment nécessaire ».

« Les républicains et les démocrates doivent se rassembler », a-t-il demandé. « Quelque chose de bon, sinon de GRAND, doit résulter de ces deux événements tragiques ».

Le milliardaire républicain, soutenu par le principal lobby des armes à feu, n’a pas pour le moment annoncé s’il se rendrait sur les lieux des drames. Il a également accusé les médias de « grandement contribuer à la colère et la rage qui se sont développées » aux États-Unis, en diffusant des « fake news ».

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire