Via    France Tv info

Avant lui, le ministre de la Défense Jim Mattis a aussi annoncé sa démission.

Les annonces de Donald Trump provoquent un nouveau départ. Vendredi 21 décembre, l’émissaire des Etats-Unis pour la coalition internationale antijihadistes, Brett McGurk, a présenté sa démission. Son départ sera effectif au 31 décembre. Selon plusieurs médias américains, il avait décidé de quitter son poste en février mais il a avancé cette échéance après les rebondissements de la semaine.

Mercredi 19 décembre, le président américain Donald Trump a annoncé sa décision surprise de retirer le plus vite possible les quelque 2 000 soldats américains stationnés en Syrie, estimant que le groupe Etat islamique était vaincu. Le même jour, il indiquait que la préparation d’un désengagement partiel d’Afghanistan était lancée.

Le lendemain des annonces présidentielles, le ministre de la Défense Jim Mattis faisait part de sa démission, affichant son désaccord avec la nouvelle stratégie de la Maison Blanche. A plusieurs reprises, cet ex-général des Marines âgé de 68 ans avait mis en garde contre un départ précipité de Syrie, évoquant le risque de « laisser un vide qui puisse être exploité par le régime (du président Bachar Al-) Assad ou ses soutiens ».

Et vendredi, c’est donc l’émissaire américain pour la coalition internationale antijihadistes Brett McGurk, 45 ans, qui a décidé de jeter l’éponge en offrant sa démission au secrétaire d’Etat Mike Pompeo. La semaine dernière, il assurait que les Américains avaient vocation à rester encore pendant un bon moment en Syrie.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire