Via    francetvinfo

Les Tonga avaient un rêve: réaliser un nouvel exploit en Coupe du monde. Opposés à l’Angleterre pour leur entrée en lice, ils se trouvaient un peu dans la même situation que face à la France en 2011, en étant vraiment pas favoris ce qui ne les avait pas empêché de s’imposer (19-14). Mais cette fois, face à un prétendant à la couronne mondiale, l’espoir s’est limité à un fil assez fin. Non pas que les Tongiens aient été dépassés dans les grandes largeurs par les hommes d’Eddie Jones, non. Ils ont plutôt imposé leur dimension physique en début de rencontre, à l’image de cet arrêt buffet imposé à Billy Vunipola, Tongien de naissance mais porteur de la Rose (3e). 

Sauf qu’en matière de déménagement, l’Angleterre a aussi des arguments, entre les deux joueurs de 2e ligne Itoje (1.95m, 115kg) et Lawes (2m, 119kg), le 3e ligne centre Vunipola (1.88m, 126kg), mais aussi le trois-quarts centre Manu Tuilagi (1.85m, 112kg). D’origine samoane, le trois-quarts de Leicester était envoyé en première ligne, parvenant à percer le rideau défensif jusque dans les 22m, avant que le 3e ligne Underhill ne soit arrêté sur la ligne d’en-but (23e). Ce n’était que partie remise pour Tuilagi, qui faisait encore des dégâts devant la ligne, en résistant à trois défenseurs pour aller jusqu’à la ligne et inscrire le premier essai, validé par la vidéo (24e, 8-3). 

Sur le coup d’envoi, les Tonga héritaient d’une pénalité, ratée. Au bout d’une demi heure de jeu, le XV de la Rose avaient été pénalisés à 5 reprises, contre 2 aux adversaires. Mais au tableau d’affichage, l’avantage leur revenait d’autant plus que sur un superbe mouvement collectif, George Ford décalait l’ailier May qui, d’une passe intérieur, trouvait Tuilagi qui mettait les cannes pour inscrire son doublé (31e, 15-3). Et si la vidéo ne validait pas un autre essai à la 34e minute, Owen Farrell prenait la pénalité et la passait (18-3). 

Ce besoin de points, les Anglais l’affichaient encore au retour des vestiaires en prenant encore une pénalité à la 42e minute (21-3). Les Tongiens, limités à un rôle de défenseur (seulement 96m de gagnés contre 353 aux Anglais à l’heure de jeu), ne pouvaient pas se rapprocher de la ligne adverse. Et sur un ballon porté qui s’abattait comme un tsunami sur la défense de l’équipe du Pacifique, le XV de la Rose inscrivait son 3e essai, par le talonneur Jamie George (56e, 28-3). 

Le quatrième essai, synonyme de bonus offensif, était donc à portée de mains. Mais par maladresse, comme sur cette belle action née d’une relance incroyable de Watson et conclue par une passe en touche de Slade alors qu’il jouait un 2 contre 1 à 10m de l’en-but adverse (74e), les Anglais ont cru ne pas l’inscrire. Jusqu’à ce que le remplaçant Jonathan Joseph ne réalise une percée plein axe, avant de trouver du soutien pour l’essai de Luke Cowan-Dickie (76e, 35-3). Le contrat était totalement rempli pour l’Angleterre, qui a gagné 651m dans ce match, pour seulement 134 aux Tongiens. 

Une prestation qui a satisfait le sélectionneur de l’Angleterre, Eddie Jones: « On a dû travailler dur et je suis particulièrement satisfait parce que, sur la fin, on était sous pression. On a vraiment bien défendu. Ca fait deux matches où on ne prend pas d’essai donc on peut être satisfait. On aimerait quand même être plus incisifs quand on a le ballon. » Le prochain match sera contre les Etats-Unis.


Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire