Via    francetvinfo

Ces mesures sont toutefois difficiles à appliquer dans un continent où sortir travailler est parfois une question de survie.

L’Afrique se confine petit à petit face au coronavirus. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a imposé lundi 23 mars un confinement strict de trois semaines dans son pays, le plus touché par l’épidémie en Afrique subsaharienne. Le Sénégal et la Côte d’Ivoire ont pour leur part proclamé l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu. Ces mesures sont toutefois difficiles à appliquer dans un continent où sortir travailler est parfois une question de survie.

>> Suivez les dernières informations sur l’épidémie de coronavirus dans notre direct

Après plusieurs pays d’Europe et d’Amérique latine notamment, l’Afrique, le continent le plus pauvre de la planète, adopte très progressivement le confinement, une mesure destinée à sauver des vies mais qui paralyse l’économie.

Un total de 402 cas de Covid-19 ont été confirmés jusqu’à présent en Afrique du Sud, un nombre « multiplié par six en seulement huit jours », a insisté le chef de l’Etat. « Sans action décisive, le nombre de personnes infectées va passer rapidement de quelques centaines à des dizaines de milliers et, d’ici quelques semaines, à des centaines de milliers. C’est une décision indispensable pour sauver des millions de Sud-Africains de l’infection », a-t-il expliqué.

Pour faire respecter ce confinement total, le président Ramaphosa a décidé de recourir à l’armée. Et dès lundi après-midi, des militaires ont été déployés dans la capitale économique Johannesburg.

En Afrique de l’Ouest, deux chefs d’Etat, le sénégalais Macky Sall et l’Ivoirien Alassane Ouattara ont annoncé lundi soir des mesures similaires: instauration de l’état d’urgence et couvre-feu nocturne.

Le coronavirus « gagne du terrain » dans plusieurs régions sénégalaises (79 cas officiellement recensés), selon Macky Sall. En Côte d’Ivoire (25 cas, aucun décès selon le dernier bilan publié dimanche), un confinement progressif se met en place, « par aires géographiques ». Les déplacements entre Abidjan, la capitale économique où se concentre la majorité des cas, et l’intérieur du pays, seront soumis à autorisation.

« Dans cette lutte contre la propagation du Covid-19, notre principal ennemi sera l’indiscipline et le non-respect des consignes de prévention », a souligné le président Ouattara, appelant à « l’union sacrée ».

L’Afrique a pourtant été jusqu’à présent relativement épargnée par la pandémie par rapport au reste du monde : au moins 1 628 cas, dont une cinquantaine de morts, ont été déclarés sur le continent, contre plus de 360 000 cas d’infection et 16 000 décès au total sur la planète, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles.

Mais la très grande faiblesse des services de santé dans les pays africains laisse craindre que la pandémie puisse être dévastatrice.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire