Via    BBC

Graphic of social media and virus

Il y a un grand nombre d’informations erronées circulant en ligne sur le coronavirus- des conseils de santé douteux aux spéculations sur les plans du gouvernement. Voici comment une histoire est devenu virale.

C’est une liste d’astuces et de conseils, certains sont vraies, certains banales mais d’autres peuvent être nuisibles, qui a circulé sur Facebook, WhatsApp, Twitter et ailleurs.

Surnommé « l’oncle diplômé en maîtrise » en raison de la source présumée de l’information, il est passé du profil Facebook d’un Britannique de 84 ans au compte Instagram d’un présentateur de télévision ghanéen, en passant par les groupes Facebook pour les catholiques indiens, les forums spécifiques aux coronavirus, les groupes WhatsApp et les comptes Twitter.

À première vue, cela semble légitime car l’information est attribuée à une source fiable : un médecin, une institution ou cet « oncle » très diplômé.

Affiche Zéro

La première version que nous avons trouvée a été postée par un utilisateur de facebook le 7 février. Elle avait été partagé dans un groupe dénommé Happy People, et qui a près de 2 000 membres.

Copyright de l’image
Facebook

On pouvait lire dans le post : « L’oncle et le neveu de mon camarade de classe, diplômé d’une maîtrise, travaillent à l’hôpital de Shenzhen. Il est transféré pour étudier le virus de la pneumonie de Wuhan. Il vient de m’appeler et m’a dit de le dire à mes amis… »

Les conseils qui suivent sont trompeurs ou erronés. L’un d’eux dit que vous n’avez pas le virus « si vous avez le nez qui coule ».

Selon les organisations de contrôle des faits Full Fact et Snopes, citant les autorités sanitaires, notamment les Centres américains de contrôle des maladies (CDC) et la revue médicale The Lancet, l’écoulement nasal est rare – mais il n’est pas rare chez les patients atteints de coronavirus.

Le poste encourage également les gens à « boire plus d’eau chaude » et à « essayer de ne pas boire de glace ». Il n’y a actuellement aucune preuve médicale que l’un ou l’autre de ces éléments puisse aider à prévenir ou à guérir le coronavirus.

« Cela n’a aucun fondement », déclare Alex Kasprak de Snopes. « C’est grave et très inquiétant de dire cela. »

Nous avons essayé de contacter la personne qui a publié l’information, elle n’a pas répondu.

La publication se répand

Le post Facebook a pris de l’ampleur quelques jours plus tard lorsqu’elle a été partagée par un homme nommé Glen en Inde. Il l’a mise dans plusieurs groupes Facebook différents, y compris des groupes pour des catholiques.

Le nouveau post s’est construit sur celui du 7 février avec des informations supplémentaires. Bien que le nouveau post indique « L’oncle et le neveu de mon camarade de classe, diplômé d’une maîtrise … m’a juste appelé et m’a dit de le dire à mes amis … », Glen n’a pas reçu d’appel téléphonique d’un oncle.

Il déclare que le courrier n’était qu’un « renvoi que j’ai reçu et retransmis ».

Copyright de l’image
Facebook

Les astuces supplémentaires comprenaient des conseils précis – par exemple, il indique aux gens de se laver les mains, une mesure préventive essentielle.

Mais la nouvelle version a également ajouté des informations non fondées et trompeuses.

Par exemple, elle décrit de manière très précise l’évolution de la maladie. Mais les médecins affirment que les symptômes et la gravité du coronavirus sont très variables et qu’il n’existe pas de schéma de progression précis.

Les conseils supplémentaires comprenaient des conseils précis – par exemple, il indique aux gens de se laver les mains, une mesure préventive essentielle.

Mais la nouvelle version a également ajouté des informations non fondées et trompeuses.

Par exemple, elle décrit de manière très précise l’évolution de la maladie. Mais les médecins affirment que les symptômes et la gravité du coronavirus sont très variables et qu’il n’existe pas de schéma de progression précis.

Le poste devient viral

Pendant plusieurs semaines, la publication e poste a été confiné dans des groupes n’ayant pas beaucoup de membres.

Mais le 27 février, un ancien propriétaire de galerie d’art de 84 ans, Peter, a fait en sorte qu’elle devienne virale.

La publication de Peter était similaire à celui de Glen, mais il contenait à nouveau de nouvelles informations, dont certaines étaient fausses ou trompeuses.

Le message de Peter s’est rapidement répandu, attirant l’attention des vérificateurs de faits, dont Full Fact et Snopes.

Les deux organisations ont écrit des articles détaillés pour démentir les affirmations, en citant des sources médicales fiables, notamment l’OMS, les CDC américains et le service national de santé britannique (NHS).

Par exemple, l’une des affirmations du post soutient que le virus « déteste le soleil », mais il n’y a pas encore de preuve que la lumière du soleil tue le virus, et des cas ont été signalés dans de nombreux pays au climat chaud et ensoleillé.

Image caption

Les symptômes du Covid-19

D’autres affirmations du message étaient factuelles. Par exemple, il répétait les conseils sur le lavage des mains.

Peter, qui vit dans le sud de l’Angleterre, a édité les parties trompeuses de son message après que les vérificateurs des faits les ont démenties. Mais à ce moment-là, il avait déjà été partagé près de 350 000 fois.

Lorsqu’il a été contacté par la BBC, Peter n’a pas voulu dire précisément où il avait obtenu les informations contenues dans le post, mais il a déclaré qu’il faisait confiance à sa source à l’époque.

« Je le croyais en fait un parent de ce type scientifique, un type médical qui avait donné tous ces faits et chiffres », nous a-t-il dit dans une interview téléphonique.

Peter dit qu’il essayait d’aider les gens à se protéger.

« J’essaie d’être aussi factuel que possible. Et si on me corrige, ou si je découvre moi-même que j’ai dit quelque chose de faux, je m’excuse et je le modifie », dit-il.

La publication subit une mutation

Malgré ses modifications basées sur les faits, les affirmations de la version originale du post de Peter se sont rapidement répandues et ont muté. Certaines versions ont commencé à absorber d’autres informations trompeuses.

La source a également changé. Dans certaines versions, qui sont passées de Facebook à Whatsapp et Twitter, « l’oncle avec une maîtrise » est devenu « un membre du conseil d’administration de l’hôpital de Stanford » et même « le frère de l’ami de la sœur d’un ami qui se trouve être au conseil d’administration de l’hôpital de Stanford ». Il y avait aussi des informations attribuées à des « médecins japonais » et à des « experts taïwanais » – parmi de nombreuses autres modifications.

Les messages mentionnant Stanford – au moins 100 ont été publiés sur Facebook – se sont répandus si rapidement que l’université a publié une déclaration niant tout rapport avec eux.

La publication est traduite dans plusieurs langues

La publication s’est ensuite répandue avec l’aide de célébrités, dont un présentateur de télévision ghanéen et un acteur américain, mais aussi par des dizaines de personnes ordinaires.

Une Américaine, dénommée April, a publié une version dans un groupe Facebook appelé Coronavirus Updates – un des milliers de groupes axés sur le virus qui ont fleuri sur le réseau social.

Son post a été attribué au « neveu d’un ami dans l’armée ».

Lorsqu’elle a été contactée par la BBC sur Facebook Messenger, elle a expliqué qu’elle avait vu l’information lorsqu’un ami l’avait partagée, mais qu’elle s’est rendu compte plus tard que « tout ce que mon ami a fait, c’est de copier et coller comme je l’ai fait ». On dirait que la plupart des informations sont fausses ».

« J’utilise Facebook toute la journée, tous les jours », dit April. « J’ai trouvé beaucoup d’informations utiles… Je ne regarde pas les infos. »

Au même moment, le post a été traduit en plusieurs langues dont l’arabe, l’amharique, le vietnamien, le français, l’espagnol et l’italien.

Copyright de l’image
Facebook

Image caption

Just a few of the many versions of the post that appeared in different languages

Là encore, certaines des publications contenaient des informations exactes ou, au pire, légèrement trompeuses – mais d’autres prétendus « faits » pouvaient être préjudiciables.

Un conseil suggère de faire une « auto-vérification » du coronavirus chaque matin en retenant sa respiration pendant plus de 10 secondes. Mais rien n’indique que votre capacité à le faire signifie que vous êtes exempt de virus.

Coronavirus: comment se protéger

Pourquoi les épidémies comme le coronavirus sont en hausse

Coronavirus: ‘’Pourquoi je voulais rester à Wuhan’’

Copier-coller

L’histoire de « l’oncle avec une maîtrise » est un type spécifique de publication virale – le terme argotique pour cela est « copier-coller ».

Souvent les gens copie et colle au lieu d’utiliser « share », « retweet », d’autres outils de partage fournis par les réseaux sociaux.

Cela donne à chaque message un aspect original : il semble avoir été écrit par quelqu’un que vous connaissez, peut-être un ami ou un parent, ce qui augmente les chances que vous lui fassiez confiance.

Le nombre de messages « originaux » étant très élevé, il est également difficile pour les réseaux sociaux et les personnes qui les étudient de savoir exactement à quel point ces messages ont été viraux.

Nous savons que le post de Peter a été partagé des centaines de milliers de fois – mais c’est une tâche colossale, peut-être impossible, de calculer combien de personnes ont vu les différentes variantes copiées de « l’oncle avec une maîtrise » sur Facebook, ou sur n’importe lequel des principaux réseaux sociaux. Mais il est clair que des millions de personnes l’ont vu.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire