Via    francetvinfo

C’est désormais l’usage dans une station d’épuration de Noisy-le-Grand en banlieue parisienne. Prélever des échantillons pour les envoyer dans un laboratoire d’analyse. Il s’agit de déterminer la quantité de coronavirus présente dans les eaux usées, un des indicateurs de la gravité de l’épidémie.

« L’objectif est de mettre en lien les concentrations dans les eaux usées au nombre de cas recensés. Ce travail-là n’existait pas avant la pandémie, » explique Sam Azimi, directeur adjoint au service public de l’assainissement Francilien. L’analyse est désormais systématique depuis le mois de mars. Une centaine d’échantillons sont testés chaque semaine au laboratoire des eaux de Paris. Aujourd’hui, l’échantillon est négatif. Des traces de coronavirus réapparaissent régulièrement dans les eaux usées, mais rien à voir avec le pic constaté au début de l’épidémie.

Le JT

Les autres sujets du JT

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire