Via    francetvinfo

Dans le cadre de l’année Balzac qui célèbre le 220e anniversaire de l’écrivain, cinq statues de bronze ont été installées à Tours, sa ville natale. Elles figurent des personnages de La Comédie humaine et sont inspirées d’habitants de la ville.

Tours vient de rendre un bel hommage à Balzac, l’enfant du pays, à l’occasion de l’année qui lui était consacrée, 220 ans après sa naissance en 1799. Cinq statues de bronze ont été installées et inaugurées dans les jardins de la préfecture d’Indre-et-Loire. Les sculptures signées Nicolas Milhé mesurent environ 50 centimètres et ont eu pour modèle des habitants de Tours.

Ces citoyens d’aujourd’hui ont donc prêté leur physique au Père Goriot, à Mademoiselle Gamard, à Eugène de Rastignac, à Blanche-Henriette de Mortsauf et à l’abbé Birotteau. Des héros balzaciens, début 19e siècle donc, mais vêtus à la mode d’aujourd’hui et usant d’outils modernes, à l’image de Rastignac, smartphone en main.

  L’anachronisme est une manière de rendre hommage à ce travail-là et de le transporter dans notre temps à nous. Pour moi, il était évident que Rastignac ou le père Goriot étaient des personnages qui étaient parmi nous aujourd’hui.Nicolas Milhésculpteur

Balzac n’a vécu à Tours qu’une dizaine d’années mais il est souvent revenu passer des séjours dans la région. Au fil de ses romans, il utilise d’ailleurs bien des lieux emblématiques de la ville.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire