Via    francetvinfo

Dans son roman « Charles Manson et l’assassinat de Sharon Tate » (Editions de l’Archipel), l’écrivain Eric Yung revient sur ce drame qui a sonné la fin du Flower Power. 

50 ans après, la tuerie perpétrée par Charles Manson en Californie reste dans toutes les mémoires. Les réalisateurs s’emparent encore de ce fait divers qui a marqué une génération. Dans son film Once Upon a Time … in Hollywood,  Quentin Tarantino zoome sur cette année 1969, alors que la vague hippie submerge tout sur son passage. L’un des personnages de son film fréquente une jeune fille qui appartient à la secte du gourou maléfique, Charles Manson.

L’écrivain Eric Yung, ancien inspecteur de police, raconte dans Charles Manson et l’assassinat de Sharon Tate (Archipel) le parcours de ce jeune délinquant devenu psychopathe. En plein mouvement hippie, Charles Manson se voyait comme le prophète d’une future guerre raciale.

Lorsqu’est arrivé l’assassinat de Sharon Tate par Manson et ses adeptes, ça a marqué. Peu de gens ont eu conscience que ça allait mettre un frein à la période sixties.Eric Yung écrivain

Les crimes barbares commandités par Charles Manson signent donc l’arrêt de mort des sixties. Les adeptes du « peace and love » apparaissent alors comme les suppôts de Satan aux yeux du grand public. C’est la fin du Flower Power, ce slogan utilisé par les hippies au cours de la décennie 60 et 70, marquée notemment par la guerre froide et la guerre du Vietnam. 

C’est lors du « Summer of Love » à San Francisco que les hippies se sont mis à porter des fleurs symbolisant leur idéologie non violente.et à les distribuer autour d’eux en signe de paix. Ce mouvement de masse a séduit des milliers de jeunes gens de tous horizons, à la recherche d’un nouveau monde. 

HIPPIES The perfect hippy couple, both wearing flowers in 1967 
HIPPIES The perfect hippy couple, both wearing flowers in 1967  (MARY EVANS/SIPA)

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire