Via    francetvinfo

Au large de l’Afrique de l’Ouest, le Cap-Vert est un concentré de paysages sauvages : montagnes volcaniques, vallées arides et plages de sable blanc. Composé de dix îles paradisiaques, l’archipel est encore à l’abri du tourisme de masse. 700 000 visiteurs annuels, c’est vingt fois moins qu’aux îles Baléares. Pas de côtes bétonnées ni de grands hôtels, c’est ce qui séduit les touristes de tous horizons. Pour un voyage de 12 jours, un couple de touristes parisiens a déboursé 1 400 euros par personne. Un séjour dans l’esprit écotourisme, axé sur la découverte des paysages et de la vie locale.

Goûter à la Cachupa, le plat national à base de maïs et de haricots, est un incontournable, avant de s’immerger dans les terres ou encore le long des côtes battues par l’océan Atlantique. On y pêche le marlin bleu, star des poissons du Cap-Vert. Pour ne pas abimer les stocks, les pêcheurs le relâchent systématiquement. Le littoral du Cap-Vert est préservé, mais pour combien de temps encore ? Certaines îles ont vu s’installer de nouveaux hôtels plus grands, ce qui inquiète les guides touristiques. 

Le JT

Les autres sujets du JT

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire