Via    francetvinfo

Un produit chimique hautement corrosif, issu d’un site classé Seveso de Martigues, s’est déversé en mer sur plusieurs hectares.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La Méditerranée teintée d’orange. Une fuite d’agent chimique corrosif s’est produite dans la nuit du mercredi 22 au jeudi 23 juillet au sein du complexe pétrochimique Lavéra à Martigues (Bouches-du-Rhône), conduisant à la formation d’une nappe acide polluante de quelques hectares en mer. La nappe avait quasiment disparu en surface, vendredi matin, a indiqué la préfecture maritime de Méditerranée, mais « il reste encore un hectare pollué ». Une enquête a été ouverte pour préciser les circonstances de cette fuite.

Une nappe toxique d’environ six hectares

La fuite a été détectée dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 1h50, au niveau d’un bac de stockage de solution de chlorure ferrique, au sein de l’atelier de production de l’industriel Kem One. Ce produit chimique hautement corrosif, utilisé notamment pour le traitement des eaux usées, s’est ensuite transformé en solution acide orange-marron au contact de la mer, formant une nappe toxique d’environ six hectares dans la Méditerranée, au niveau de l’anse d’Auguette.

Le bataillon de marins-pompiers de Marseille (BPMP) a été alerté jeudi matin, vers 8h30. Il a immédiatement dépêché sur place une quarantaine de ses hommes dont ceux du service spécialisé de dépollution. Des drones et des bateaux ont effectué une reconnaissance nautique et déterminé la zone de pollution, selon France 3 Provence Alpes-Côte d’AzurLe service de dépollution a effectué des prélèvements pour identifier la molécule chimique concernée. Et connaître son taux d’acidité, de corrosivité, ses aspects odorants, chimiques. Les équipes de Kem One ont prélevé de même quelques échantillons. 

Vendredi matin, la nappe acide polluante avait « quasiment disparu en surface » de la Méditerranée, a assuré la préfecture maritime. « La nappe s’est solubilisée dans l’eau mais il reste encore un hectare pollué, elle a quasiment disparu en surface », ajoute-t-elle. Dans la matinée, les marins-pompiers de Marseille ont réalisé des prélèvements sur la partie restante de la nappe et les résultats seront connus en « fin de journée », a précisé la préfecture maritime de Méditerranée. 

Une fuite issue d’un site classé Seveso

Numéro deux européen du PVC, l’entreprise de chimie Kem One est située sur le site pétrochimique Lavéra, à Martigues. Classé Seveso « seuil haut », Lavéra fait partie de l’un des plus gros complexes industriels d’Europe, autour de l’Etang de Berre, qui génère une pollution suscitant régulièrement les craintes des habitants. En octobre 2019, certains riverains avaient notamment attaqué en justice quatre industriels, dont le chimiste Kem One, pour « trouble du voisinage ».

Selon la direction de l’usine Kem One, les équipes internes de sécurité sont rapidement intervenues après la découverte de la fuite. Un plan d’urgence a été déclenché, et l’atelier a été mis en sécurité, rapporte France 3 Provence Alpes-Côte d’AzurL’industriel dit avoir tout essayé pour réduire la quantité de liquide rejeté, en engageant des moyens de détournement et de pompage. Mais le rejet a été rapidement visible à la surface de l’eau.

Une enquête ouverte, la baignade interdite

Les autorités administratives ont été informées de cet incident et une enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes de cet incident. De son côté, le maire de Martigues, Gaby Charroux, a estimé que cette fuite soulevait « un certain nombre de questions et d’insuffisances ».« Plus que des intentions, il est urgent de remettre au cœur des fonctionnements le principe de précaution et de prévention », a-t-il souligné dans un communiqué. De son côté, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a assuré que « les dégâts qui seront constatés seront réparés par les responsables ».

La mairie de Martigues a précisé que les plages des Laurons et de Bonnieu sont pour l’heure fermées. Le préfet maritime a par ailleurs émis jeudi un arrêté interdisant la navigation de plaisance, la pêche maritime, la plongée sous-marine et la baignade dans la partie sud du golfe de Fos-sur-Mer. « Cet arrêté ne sera certainement pas prolongé après minuit », a annoncé vendredi la préfecture. 

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire