Via    francetvinfo

Chapeau melon, tresses et pollera, la jupe ample et lourde confectionnée parfois avec près de six mètres de tissus. En Bolivie, c’est la tenue traditionnelle des cholas. Un terme familier qui désigne les femmes indigènes pour lesquelles le port de la pollera est un symbole identitaire fort.

En pleine pandémie, beaucoup de ces femmes n’ont d’autre choix que de sortir pour travailler. « Si nous nous arrêtions de travailler ne serait-ce qu’une seule journée, nous ne pourrions pas nourrir nos familles. Il y a aussi les factures d’électricité, d’eau, de gaz. Et nous avons des enfants à l’université et à l’école dont nous devons couvrir les besoins », explique Reyna Gutierrez, une chola. Pour protéger ces femmes, sans qu’elles soient obligées d’abandonner leur pollera et leur identité, Monica a crée une combinaison de biosécurité destinées aux cholas.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire