Via    francetvinfo

Ces militants protestent contre la déforestation provoquée par la culture de soja en Amérique du Sud. Au moins cinq d’entre eux ont été délogés lundi matin.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Situation débloquée à Sète (Hérault). Au moins cinq activistes de Greenpeace qui bloquaient le déchargement d’un cargo de soja sur le port ont été délogés, lundi 1er juillet, par des employés du port. « Le personnel du port n’est pas du tout autorisé à déloger des activistes, c’est aux forces de l’ordre de faire ça », s’est insurgée auprès de l’AFP Suzanne Dalle, chargée de l’agriculture au sein de l’association de défense de l’environnement.

Suzanne Dalle dénonce le silence du gouvernement sur cette action et la « sous-traitance » par l’Etat de l’évacuation des activistes. Elle assure que des employés du port ont « découpé des cadenas » des activistes enchaînés aux grues de déchargement « avec des meuleuses », ce qui n’est « pas possible règlementairement ».

Un scénario contesté par les autorités portuaires. « Effectivement nous sommes montés avec les grutiers… on a discuté avec eux sans qu’il y ait d’intervention (policière) », explique à l’AFP Marc Antoine, directeur du port de commerce de Sète. Selon lui, les activistes ont accepté de descendre et ont certifié à l’huissier qui se trouvait en bas que « tout s’était passé dans la plus grande gentillesse ».

Pour Jean-Claude Gayssot, ancien ministre communiste et président du Port de Sète-Sud de France, joint par l’AFP, « tout s’est passé de manière pacifique ». Selon lui, le personnel du port était « très remonté parce qu’ils allaient être mis en chômage ». « On a voulu éviter tout affrontement entre l’association Greenpeace et le personnel. Nous assumons », dit-il en niant la présence d’une quelconque sécurité privée. Le déchargement du cargo de soja a commencé lundi matin, a précisé Marc Antoine, soulignant qu’une dizaine d’activistes étaient encore enchaînés sur des grues de déchargement.

Dans une action baptisée « 45 degrés, zéro engagement », Greenpeace France bloquait depuis vendredi le déchargement d’un cargo de soja venu du Brésil à Sète pour dénoncer l’absence d’engagement du gouvernement sur les causes du réchauffement climatique. Derrière le soja, « se cachent de la déforestation et des émissions massives de gaz à effet de serre, qui réchauffe notre planète », estime l’association.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire