Via    francetvinfo

« J’ai eu envie de rassurer les familles sur le parcours, sur ce que le don d’organes implique, sur ce chemin qui peut-être douloureux et long pour une famille en deuil, mais pendant lequel le personnel hospitalier ne nous lâche pas une minute », explique Florence Bouté, l’auteure du livre Le Don d’Alice.

614 000 décès ont eu lieu en 2018. 2 500 corps donnés à la science, mais les dons d’organes sont en baisse de 5% et 500 personnes risquent de mourir faute de dons.

La vie d’Alice en a sauvé six

« Pour pouvoir être donneur d’organes, il faut être en état de mort encéphalique, c’est-à-dire quand le cerveau ne fonctionne plus« , rappelle la mère d’Alice, qui était dans ce cas après un accident.

« Alice a sauvé six vies. Ses organes était en parfait état, car elle n’avait que 16 ans, elle ne fumait pas, ne buvait pas et faisait du sport », fait remarquer Florence Bouté, qui lui rend hommage dans son livre, ainsi qu’au personnel hospitalier, omniprésent.

Le JT

Les autres sujets du JT

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire