Via    francetvinfo

Dans un parc national de Bolivie, la plupart des animaux ont été décimés, littéralement grillés dans les incendies qui ont consumé des centaines d’hectares. De l’autre côté de la frontière, dans l’État de Rondônia (Brésil), le feu a aussi ravagé la forêt, mais ce sont parfois les hommes qui ont déclenché les incendies pour survivre. « Ils mettent le feu pour avoir une parcelle de terre à eux. Comme ça, ils peuvent cultiver et avoir un peu de bétail », explique une habitante.

La pratique est préjudiciable pour la forêt, mais le danger vient aussi des multinationales. « Le plus souvent ce sont des entreprises étrangères qui viennent ici et qui accaparent les terres parce qu’ils veulent planter du soja, vendre le bois et extraire des minerais », précise José Pratz, écologiste. Mais ce sont les tribus qui subissent les feux et qui assistent impuissants à la destruction systématique de leur habitat naturel.

Le JT

Les autres sujets du JT

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laissez un commentaire